A écouter la Mairie de Perpignan, il serait trop complexe de rénover certains vieux quartiers populaires médiévaux comme Saint-Jacques : la destruction-reconstruction serait inévitable. Nous affirmons au contraire qu’il existe d’autres voies. Car l’ASPAHR n’est pas un groupe de nostalgiques du patrimoine tournés vers le passé, au  contraire, nous revendiquons notre modernité où l’enjeu patrimonial et paysager est un levier pour transformer la ville. Nous sommes conscients de l’urgence sociale de rénover les quartiers historiques de Saint-Jacques, La Réal et Saint-Matthieu mais  il faut le faire en concertation avec la population et dans le respect du paysage urbain et de l’histoire de la ville. Tous les grands projets contemporains de rénovation des centres anciens sont extrêmement respectueux de ces deux critères. Pour nous, exigence sociale et patrimoniale sont les deux faces d’un même engagement pour une rénovation humaine et respectueuse. D’autant qu’il existe des solutions douces et inventives.

Petit inventaire d’idées :

mettre en place des chantiers de rénovation d’insertion recrutant sur place qui permettent de faire travailler et former des populations frappées par un fort taux de chômage et par l’isolement social

lancer des opérations non de destruction mais de rénovation en respectant les façades et le plus d’éléments d’origine à l’intérieur pour la résorption de l’habitat insalubre et dégradé : raisonnement à l’îlot avec des opération de curetage (pour créer ou recréer une respiration centrale) mais aussi des opérations en plateau sur un ou plusieurs immeubles (fusionner des immeubles pour avoir des surfaces correctes).

-associer et faire travailler des artisans de la rénovation (il y en a beaucoup dans la région) : maçons, staffeurs ornemanistes, stucateurs, peintres… et donc soutenir un vivier d’artisans d’art qui pourront transmettre leurs savoirs et donner une valeur ajoutée au paysage urbain.

-créer du logement étudiant dans des habitations médiévales rénovées qui auront plus de charme et d’attractivité que les cités U classiques.

-accueillir des ateliers d’artiste dans des immeubles anciens (par exemple rue des Carmes)

-créer un centre d’interprétation de l’histoire du quartier Saint-Jacques avec une évocation de l’architecture médiévale en terre, du quartier juif médiéval, des jardiniers, de la communauté gitane.. Une richesse humaine et patrimoniale formidable et un outil touristique pour  une vision sur le long terme.

Ce ne sont que quelques pistes et les idées alternatives ne manquent pas.

VENEZ DONNER VOS IDEES ET VENEZ NOMBREUX LE 27 JUIN A 18H30 SALLE DES LIBERTES (rue Bartissol, réunion de concertation sur le projet) POUR DEFENDRE UNE AUTRE VISION DE LA RENOVATION URBAINE !

C’est maintenant qu’il faut faire savoir à la Ville de Perpignan nos idées car le projet de révision du secteur sauvegardé va être soumis à l’Etat début juillet. Après il sera trop tard !

 

 

 

 

Publicités