Imaginez Lyon sans le Vieux-Lyon !

Imaginez Limoges sans la rue de la boucherie !

Imaginez Marseille sans le Panier !

Ces quartiers sont aujourd’hui emblématiques de leurs villes. Il ne viendrait à l’idée de personne de les démolir sous prétexte qu’ils sont trop denses et labyrinthiques. Ce serait le comble de l’absurde.

Pourtant ils auraient été détruits si on avait écouté les maires du XXe siècle et si quelques défenseurs du patrimoine ne s’étaient pas opposés à leur disparition.

En 2017, c’est aux quartiers Saint-Jacques et Saint-Matthieu  que la mairie de Perpignan a commencé à s’attaquer, avec des destructions irréversibles et des programmes lourds à venir.

Bien sûr ils sont insalubres, bien sûr, il faut lancer un programme ambitieux de rénovation et de redynamisation mais pas à n’importe quel prix !

Gardons le bâti ancien qui après rénovation aura un charme fou : des ruelles colorées et charmantes, labyrinthiques au sens noble du terme, où le promeneur se perdra avec plaisir, où il pourra rêver de l’histoire de la ville avec ses 800 ans de strates : des plafonds peints médiévaux de la rue de l’Anguille aux maisons des jardiniers du XIXe siècle.

Rénovons les quartiers anciens, ils sont l’atout touristique de demain !

Rénovons les quartiers anciens, faisons-y des logements étudiants, des cafés, des boutiques ! en gardant leur âme, leurs façades irrégulières et leur charme ancien !

IMG_7323
Perpignan rue des Carmes. Immeubles menacés de destruction dans le cadre du Plan de rénovation urbaine.

 

 

 

 

 

Publicités